Les Fonctionnaires européens en ont marre des étrangers à Bruxelles!

Il fallait s’y attendre : l’arrivée sur le sol belge de nombreux réfugiés en provenance de pays en guerre ne fait pas que des heureux. Bien qu’un élan sans précédent de générosité se soit manifesté auprès de la population, certains estiment que cela nuirait gravement à leur ‘relative’ qualité de vie bruxelloise. Des voix semblent s’élever pour dénoncer une injustice grandissante dans certains quartiers d’Ixelles. Entretien.

« Nous n’avons pas quitté notre soleil pour ça!« , s’exprime sous couvert de l’anonymat un fonctionnaire européen travaillant depuis 9 ans à Bruxelles.

« Déjà que Bruxelles est une ville laide et sale, si en plus elle accueille la misère du monde, quel serait notre intérêt d’encore rester ici en dehors de notre situation professionnelle? Je me le demande…« 

Qu’ils soient d’origine portugaise, italienne, espagnole, française, autrichienne, ces fonctionnaires européens s’accordent à dire que la qualité de vie à Bruxelles ne fait que décroitre avec de plus en plus de gens précarisés dans les rues.

« Nous avons aussi nos difficultés, vous savez. Il est par exemple devenu très difficile de trouver un logement décent en dessous de 1000€ par mois à Ixelles ou Saint-Gilles. Quitter son pays d’origine pour venir travailler dans les institutions et dépenser un quart de son salaire pour son logement, ce n’est vraiment pas évident…« .

Mais lorsque nous soulignons le caractère privilégié de certains fonctionnaires par rapport à la situation de Bruxellois d’origine ou au salaire moyen belge, l’argument est balayé d’un geste de la main : « Nous n’en avons aucune idée, car nous n’avons pas de contact avec la population locale.« .
Notre interlocuteur, ne connaissant pas un mot de français nous parle dans un anglais approximatif, mais suffisant pour comprendre ses doléances : « La sécurité est pitoyable. Regardez aux abords de la Place Lux (ndlr : Place du Luxembourg à 1050) il y a à peine quelques voitures de police en plus des vigiles du Parlement Européen. Le sentiment d’insécurité est bien réel.« .

Le Parlement Européen justement et ses 751 élus compterait également un grand nombre de mécontents.

« Travailler à Bruxelles devient un véritable enfer. Déjà que notre cadence de 3 jours et demi par semaine devient intenable, si en plus Bruxelles s’appauvrit encore, la qualité de notre travail risque d’en souffrir fortement.« 

Même s’ils sont unanimement retranchés derrières les valeurs humaines d’accueil défendues alors par le drapeau européen, leur ras-le-bol semble réel. Ils demandent au gouvernement Michel de réagir et de faire en sorte que « l’élite intellectuelle de l’Europe soit préservée des nuisances engendrées par une situation politique instable de pays extra-communautaires« .

Toutefois conscient des difficultés géopolitiques actuelles, ils promettent d’apaiser leur mécontentement sous condition d’une revalorisation salariale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s