Cannes: un plongeur déchu de sa nationalité pour avoir porté un burkini sur la plage

plongeur

L’interdiction du port du burkini sur la plage de Cannes n’aura pas tardé à entrer en application. Ce matin, Raoul Pinard l’a appris à ses dépens. Comme tous les dimanches depuis 12 ans, ce plongeur cannois de 43 ans se rend sur la plage à 6 heures tapantes pour observer les fonds marins. Son épouse Géraldine lui a demandé de ramener quelques soles pour le dîner: ça tombe bien, il adore ça.

Après 2 heures passées à capturer les délicieux poissons, il regagne la plage à bord de son zodiac, comme il l’a toujours fait. Stupeur: un comité d’accueil un peu particulier l’attend sur la berge.  Son masque et son tuba à peine retirés, Raoul est embarqué par la gendarmerie et emmené au commissariat pour 4 heures d’interrogatoire. Plusieurs plagistes ont en effet alerté les forces de l’ordre de la présence d’un élément visiblement radicalisé.

Raoul est accusé de terrorisme. En cause: sa tenue vestimentaire. Sa combinaison intégrale lui couvre tout le corps, sa cagoule ne laisse pas dépasser le moindre cheveu. Or,  un tel habillement n’est désormais plus autorisé sur la plage cannoise. L’interdiction est formelle: pas de burkini à Cannes!

La justice ne perd pas de temps avec les dangereux individus de son espèce. Il comparait en fin de journée devant un juge qui le condamne pour activité terroriste: Raoul Pinard se voit retirer sa nationalité française. A Cannes, on ne plaisante pas avec le terrorisme. A 16 heures, trois fourgons de l’unité spéciale anti-terroriste l’escortent jusque l’aéroport de Nice où il est placé dans le premier avion à destination de Damas. Au moment du décollage, le lieutenant Michard n’était pas peu fier de cette première interpellation réalisée par ses équipes. « Allez, hop! Retour à l’expéditeur! » s’écrie-t-il le torse bombé devant son unité d’intervention.

Contactée par nos soins, Géraldine, l’épouse de Raoul, a finalement décidé de se préparer une lasagne ce soir. Elle vient juste de s’entretenir quelques minutes avec Raoul, bien arrivé à Damas. Il dit avoir été pris en charge par un groupe de plongeurs locaux qui se déplacent sur un véhicule blindé, armés de drôles de harpons. Il lui a demandé de ne pas l’attendre ce soir.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s